Sur la toile: votre syndicat!
beffroibxl2

Je ne crois pas me tromper en affirmant que, jamais dans son histoire, l’humanité n’a connu période plus trouble que celle qu’elle traverse aujourd’hui. En même temps, et par le fait même, jamais les défis n’ont été plus passionnants et jamais l’appel à retrouver le chemin du bien commun n’a été plus criant qu’à ce jour.

Le trouble est immense en largeur dans la mesure – impensable auparavant – où l’information touche immédiatement l’entièreté du monde, le trouble est immense en profondeur dans la mesure où le mensonge du relativisme matérialiste a réussi à déraciner le bien au plus profond des esprits comme dans les structures dirigeantes du monde entier.

Face à l’ampleur de ces défis il m’arrive de regarder avec une certaine ironie rétrospective les touchants efforts que nous avons faits dans les années 80 quand nous pensions encore pouvoir redresser la barre à partir d’une action politique au sein du parlement belge. Nous n’avions sans doute pas tort de nous engager à l’époque, mais le désenchantement mondial nous à bien vite submergé, ridiculisant aux yeux des cyniques nos velléités idéalistes dénuées de moyens, et les reléguant bientôt dans l’oubli.

Depuis ce temps glorieux et méritoire des efforts malhabiles, nous nous cassons régulièrement le nez, par manque de moyens, sur ceux dont dispose l’ennemi.

Que faire ? Est la question la plus fréquente des bonnes âmes quand elles prennent conscience de l’ampleur du gâchis. Comment agir efficacement pour faire bouger les choses dans le sens que nous voudrions ?

Et la réponse est simple, même si elle pourrait décourager les impatients: il faut repartir du fonds, former les esprits actuellement en jachère si pas dévoyés, leur reconstruire une mentalité positive. Bref, il faut rééduquer !

Il se fait, pour notre plus grand bonheur que les outils « internet » et les réseaux qu’ils permettent d’irriguer sont à notre disposition, si pas gratuitement, à des coûts parfaitement envisageables pour des mouvements sans grands moyens.

C’est ainsi que nos amis s’y sont engouffrés avec un certain bonheur et qu’ont fleuri les sites et les blogs qui, chacun dans leur spécialité, parviennent par ces canaux à exister à moindres frais. Bien entendu, cette opportunité n’a pas échappé aux parties adverses qui y ont également construit leurs casemates. Bref il y a souvent encombrement et interférences sur les lignes, et l’expérience doit encore mener ces merveilleux outils à maturité. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont encore quelque peu maladroits que nous devrions nous en priver et ne pas profiter des possibilités gigantesques qu’ils nous offrent. Dans ces secteurs comme dans tout autre, c’est la qualité des contenus qui devrait être gagnante et « faire la différence ». A nous d’y travailler.

L’originalité du Beffroi par rapport aux autres chapelles, est précisément de ne pas en être une, mais bien de toucher à toutes les matières qui nous semblent utiles à la gestion de la Cité. L’originalité du Beffroi c’est d’avoir une vision politique générale. L’originalité du Beffroi c’est de vouloir revitaliser les schémas de pensée politique de tout un chacun en y restaurant une âme. L’originalité du Beffroi est d’être un indicateur sur le chemin du Bien Commun.

Plein d’ambition nous avons donc redéfini notre valeureux beffroi comme un « syndicat virtuel » rassemblant sur la toile tous ceux qui veulent que notre pays retrouve son âme en avançant sur le chemin du Bien Commun.

(3 votes - 5.00)
Loading...Loading...

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas visible.