Questions aux candidats
questionnaire-satisfaction

Ci-après vous trouverez les questions que nous posons aux candidats aux élections prochaines. Si elles vous conviennent, n’hésitez pas à les relayer auprès du candidat dont vous désirez connaître les choix, nous nous ferons un plaisir publier ses réponses.

LE BEFFROI

Pour chacune des affirmations suivantes, qui sont les nôtres, nous vous demandons, très simplement, de situer votre adhésion : (Donner un chiffre est impératif, les commentaires sont libres)

  • « Pas du tout d’accord » = 0
  • «Pas vraiment d’accord » =1
  • «Ni pour ni contre » = 2
  • « plutôt d’accord » = 3
  • « Totalement d’accord » = 4

———————————————————————–

1° Un emploi ne se décrète pas. Ce que doit faire le politique à ce sujet, c’est libérer le travail du joug règlementaire, fiscal et parafiscal.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

2° Notre régime a évolué d’une Monarchie constitutionnelle vers une oligarchie particratique qui bafoue tous les jours la démocratie. Il faut revoir les systèmes de dévolution des voix en fonction des listes, remettre les présidents de partis, ainsi que les partis eux-mêmes, à leur place, et laisser au Roi ses pouvoirs et son rôle constitutionnels.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

3° La famille classique a subi ces dernières années des attaques incessantes dans tous les domaines, au point d’être volontairement démantelée aujourd’hui. Elle constitue pourtant la cellule de base irremplaçable d’une société construite sur l’équilibre affectif de ses enfants (ce qui est sans doute le plus haut sommet de civilisation jamais atteint). Il faut tout remettre en œuvre, pour rendre à la cellule familiale classique le premier rang des préoccupations politiques, pour la favoriser en tout domaine, et pour promouvoir en conséquence la valeur et la pérennité du mariage.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

4° Le matérialisme a dominé les dernières réformes légales sur les sujets dits « éthiques » ce qui nous mène tout droit à une nouvelle forme d’eugénisme légal. Il est indispensable d’en revenir d’urgence à une société qui respecte sans réticence la dignité de la vie humaine qui doit être protégée avec d’autant plus de force qu’elle est faible, du premier jour de la conception jusqu’aux dernières heures de la vie. Il faut instaurer le droit des mamans à préserver, dès ses premiers jours, l’enfant conçu, tout comme le droit aux soins palliatifs quand approche un décès  inéluctable.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

5° En Belgique, la fiscalité directe et indirecte, les charges parafiscales et les frais obligatoires de tous ordres, privent le travailleur des deux tiers de ce que produit son travail. Il s’agit d’un véritable hold-up légal permanent, qui est intenable à terme, tant du point de vue économique, que social et même moral. La diminution des dépenses publiques est donc un impératif tout à fait prioritaire. Un des moyens d’y parvenir est de sélectionner les dépenses publiques luxueuses, (comme le ferait n’importe quel ménage en difficulté) c’est-à-dire : poursuivre sans faiblesse, même si elles sont sympathiques ou populaires, toutes les dépenses qui ne sont ni indispensables ni productrices directes de richesse.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

6° La Belgique a le devoir d’accueillir les réfugiés politiques et de leur assurer dans toute la mesure de ses moyens, la sécurité physique et matérielle. Par contre la Belgique n’a pas le devoir d’accueillir des immigrés à la recherche d’une vie matérielle meilleure, au contraire, elle a le devoir d’aider d’urgence, par des contrats de collaboration effective (win-win), les pays les moins favorisés à se développer jusqu’à ce que leurs ressortissants ne cherchent plus à émigrer.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

7° Nos écoles, spécialement francophones, se montrent particulièrement peu performantes sous tous les aspects. Deux causes principales à cet état de fait nous semblent être : a) la baisse constante des niveaux d’exigences, sous toutes sortes de mauvais prétextes, b) Le règlementarisme étouffant, comme les interventions intempestives mais systématiques des pouvoirs politiques et administratifs qui découragent les plus enthousiastes.

Il faut rendre leur liberté aux écoles ; aux directions la responsabilité de diriger vraiment les écoles, aux enseignants la responsabilité pédagogique et aux parents la responsabilité éducative.  Et que le politique se contente de fixer les responsabilités de résultat. Pour ce faire, nous croyons que le financement libre par le chèque scolaire serait une excellente réforme.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

8° Autant nous sommes attachés à un développement harmonieux de l’Europe, autant nous déplorons sa transformation actuelle en une usine à gaz qui ne profite qu’à une classe de politiciens et à des intérêts portés par des lobbys efficaces.  Nous voulons une Europe originalement repensée sur base du principe de subsidiarité, laissant au pouvoir le plus proche des citoyens tout ce qu’il peut assumer et en ne transférant aux provinces, aux régions, aux Etats, puis enfin à l’Europe que ce qui ne peut être géré sans cette délégation. (Ceci est d’ailleurs tout aussi valable pour les institutions belges que pour l’Europe)

Chaque niveau de pouvoir doit être responsable, c’est-à-dire être maître de son budget et de ses rentrées fiscales, sous un contrôle démocratique propre.

Mon appréciation :

0 1 2 3 4

 

 

——————————————————————————————–

Merci de répondre sans trop de commentaires en renvoyant le document complété à office@lebeffroi.eu

Date :                                                                               Signature :

N.B. : Nous sommes conscients que ces questions touchent à tous les niveaux de pouvoir et pas seulement à celui auquel vous êtes candidat, mais pour voter pour vous, nous voulons connaître votre position sur ces différents sujets, même s’ils ne vous concernent que moins. Merci de votre compréhension.

 

 

 

(vote)
Loading...Loading...

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas visible.