Pauvre Belgique, pauvre Eglise !

Ils ont tous deux pris la parole ces derniers jours. L’un a été porté  aux nues, l’autre voué aux gémonies médiatiques. Pourtant le premier a enfreint toutes les règles de déontologie de sa profession, alors que le second n’a fait que jouer le rôle que lui assigne la sienne.

Nous voulons parler, le lecteur l’aura compris, de la médiatisation à outrance des interventions du colonel commandant la base de Florennes d’une part, et de celles de Monseigneur Léonard, d’autre part. Toutes deux donnent à réfléchir.

Le cas du colonel est rare : prendre la parole devant les caméras du journal télévisé pour vilipender les nominations politiques et la « flamandisation » des cadres supérieurs dans l’armée, n’est pas, à proprement parler, le rôle d’un officier supérieur d’active et surtout pas à un moment où ce genre de déclaration peut mettre en péril les pénibles négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement. Il n’est pas de coutume de voir des officiers supérieurs mettre leur ministre en difficulté politique.

Entendons nous bien, il est probable que, sur le fond, cet officier ait parfaitement raison. Nous savons tous (de son propre aveu) que le ministre concerné est un flamingant fort pointu, mais, dans sa position, un colonel d’active a juste le droit de se taire. En fait, il a joué là le rôle d’un citoyen comme s’il était délié de toute responsabilité de commandement dans notre armée. L’attitude correcte, dans ce genre de situation, est de donner sa démission avant de parler. Mais ça c’est plus difficile que de devenir très opportunément, du jour au lendemain, le héros à bon compte d’un monde francophone fatigué par les ukases flamingantes dans tous les secteurs de notre vie commune.

En réalité, et à bien y réfléchir, la véritable erreur est, une fois de plus, de faire la différence entre des responsables belges en fonction de leur langue maternelle. Il devrait logiquement nous être parfaitement indifférent que tous nos généraux parlent le flamand ou le français à la maison. Nous ne devrions même pas le savoir. Ce qui compte, et rien d’autre, est de savoir s’ils ont les qualités pour exercer au mieux leur commandement, et s’ils le font.

Au lieu de quoi, l’exploitation des fibres sous-nationalistes cultivant la haine de l’autre, a réussi une fois de plus à pourrir la situation là où l’unité existait encore. Et voilà un officier supérieur que « les flamands » enverraient bien au peloton, alors que « les wallons » le fêtent en héros. Pauvre ABL, pauvre B !

Par contre, et à l’inverse de cet audacieux colonel, le premier responsable en Belgique de l’Eglise catholique, qui fait l’objet, depuis sa nomination, d’un véritable harcèlement de la part de certains médias, est aujourd’hui la cible de toutes les attaques pour avoir l’audace de jouer son rôle et de dire tout haut, et sans mettre de gants, ce que dit l’Eglise et ce que propose l’Evangile. C’est en tout cas ce que lui reproche avec de plus en plus de véhémence un laïcisme maladif, très contagieux dans les sphères médiatiques.

Pour nous, tout le monde a le droit de ne pas être d’accord avec les positions de l’Eglise et de ses représentants, mais personne n’a le droit de prétendre leur imposer le silence.

Pour la plus grande joie de ces grands prêtres de la modernité, de ces néo-pharisiens du progressisme, le jeune porte-parole de l’archevêque vient de céder à leur pressions implacables et, en démissionnant, de « péter les plombs » comme le plus désemparé des néophytes. Dans les explications véhémentes qu’il a données à son geste, une expression a fait mouche : « J’étais son GPS, mais c’est toujours lui qui tenait le volant et il n’hésite pas à foncer à contre sens de la circulation »

Deux remarques à ce propos :

  • Faut-il vraiment être surpris et pouvons-nous reprocher à un archevêque catholique de rouler « à contre sens » sur les autoroutes d’aujourd’hui qui tournent volontairement le dos à Dieu, des autoroutes dont le sens est l’opposé de celui des Evangiles, et qui conduisent toute notre époque au désespoir matérialiste d’une vie de confort  et de jouissance sans conscience ?
  • N’y a-t-il pas, de la part de ce jeune « spécialiste de la com » une vanité ahurissante à s’attribuer, vis-à-vis de son patron, le rôle du GPS ? Comme si c’était lui qui devait lui indiquer le chemin ? Ignore-t-il, ce malheureux, qu’il portait la parole d’un prêtre, archevêque, dont le seul « GPS » ne peut être que l’Esprit ?

Peut-être n’y croit-il pas, mais alors il ne fallait pas accepter cette mission et il était urgent qu’il y renonce.

Mais, plus triste que ces débordements consciencieusement  montés en épingle, est, hélas, cent fois hélas, le réflexe de certains prêtres, de responsables ou de simples paroissiens qui, du sein même de l’Eglise, participent au « haro sur le baudet » (Mgr nous excusera :-). Ne comprennent-ils pas que, même si leurs intentions sont bonnes, ils arment ainsi leurs pires ennemis ?

Ce n’est pas parce que quelques frustrés à la carrière ecclésiale manquée sautent, comme chaque fois, sur l’occasion et sur les perches que leur tendent vicieusement les médias, pour étaler toute leur rancœur vis-à-vis de « Rome » et la moindre autorité ecclésiastique, qu’il faut, une fois de plus, tomber dans le piège d’une Eglise qui refuserait la « modernité ».

Au contraire, au lieu de hurler lâchement avec ces loups qui souffrent encore et toujours de leurs ulcères de mai soixante huit, n’est il pas urgent que s’expriment enfin pleinement sans entraves et sans ambages toute cette Eglise montante et tous ces mouvements nouveaux qui s’y développent à grande vitesse et à la stupéfaction de nos vieilles paroisses ?

Sans pour autant mélanger politique et religion, nous avons envie de dire aux catholiques : « Vous avez la chance d’avoir des pasteurs hors normes, faites donc bloc derrière eux. Notre société post-moderne souffre d’un relativisme délétère, elle a furieusement besoin d’une nouvelle évangélisation et donc de votre solidité et de votre fidélité à contre courant, dans ce message d’amour qui est le vôtre et celui de toute l’Eglise. »

(1 votes - 5.00)
Loading...Loading...