Après l’émotion revenons à la réalité : nos libertés et l’Islam.
Paris 01.2015

La vague d’attentats que vient de subir la France a provoqué un tsunami de réactions et d’émotion qui ne peuvent pas tranquilliser l’observateur.

Loin de moi l’idée de minimiser la gravité des événements. Ces attentats perpétrés par des électrons libres, lobotomisés pour en faire des machines à tuer totalement imprévisibles, sont sans doute la principale plaie de notre époque. Ceux de Paris n’ont pas été les plus meurtriers mais leur cible, cette fois, était choisie et très symbolique. Au lieu de semer la mort à tout vent par des bombes humaines aveugles, ils ont, ici, exécuté froidement des personnes visées pour ce qu’elles étaient. Comme tout un chacun j’ai été bouleversé par ces exécutions, horrifié par la froide résolution des assassins et par ces images insoutenables.

Par contre, l’ampleur des réactions (parfaitement compréhensibles) ne me tranquillise pas.

Passons sur le fait que l’hebdo en question n’était que la production d’une bande d’éternels adolescents, copains brouillons et mal élevés, aujourd’hui martyrs canonisés par l’air du temps. Ils  confondaient joyeusement, semaine après semaine, la liberté de création avec la vulgarité la plus grossière possible, la provocation bête et méchante et le sarcasme  insultant, quand ce n’était pas tout simplement la scatologie et la pornographie. Il est dommage que ce soit ça qu’il faille aujourd’hui défendre; mais il faut le défendre au nom des libertés de presse et d’expression qui, elles, méritent tous les sacrifices.

Passons aussi sur ce pénible président français qui se précipite sur toutes les caméras, pour y exprimer des poncifs, affectant une grandeur d’âme admirable en même temps qu’une détermination sans faille (bien qu’un peu tardive) face à la menace. On voit tellement bien, derrière ces gesticulations, se profiler son rêve fou de remonter enfin un peu dans les sondages que chacun de ses gestes en devient pathétique.

Quant au giga-défilé qui se termine pendant que j’écris ces mots, je crois qu’il doit faire sourire, là où ils sont, les dessinateurs anarchistes assassinés. Ils n’ont pas été habitués à tant d’égard de leur vivant ! (Sans doute, aussi, parce qu’ils en avaient horreur)

Ceci dit, si ce show gigantesque et quelque peu improvisé débouchait sur une meilleure prise de conscience de la guerre que mène l’islamisme ultra contre le monde occidental, ce serait une excellente chose. Ma crainte serait qu’à force de refuser farouchement toute forme de début d’une possibilité « d’amalgame », on en arrive à nier l’essentiel qui est la menace qui pèse sur nos libertés. Cette menace est, au premier degré, celle des fous de Dieu qui, en se revendiquant de textes sacrés authentiques, veulent la perte de l’Occident vu comme satanique. Tous les moyens, même les plus révoltants, sont bons à leurs yeux pour atteindre leurs objectifs. J’espère qu’aujourd’hui plus personne ne doute de la réalité de cette menace. Mais, tout aussi dangereuse me semble être la menace du second degré qui, sous prétexte de faire barrage à ces assassins, ferait avaler « démocratiquement » à tous les pays occidentaux, des limitations sécuritaires à nos libertés essentielles. Ne parle-t-on pas par exemple d’un contrôle de plus en plus serré de la liberté de la toile qui est pourtant un des seuls terrains où le peuple peut encore s’exprimer sans contrainte ? Il ne faudrait pas que la brutalité criminelle des uns débouche sur une limitation des libertés de tous. Ce serait une défaite lamentable pour la France et tous les pays de liberté.  Je crains pourtant très fort que cette défaite-là fasse partie des agendas cachés de plus d’un politique.

Mais je voudrais surtout plaider, après cette prise de conscience, pour que le monde musulman en profite et décide enfin de ne plus accepter ni les discriminations humainement insupportables, ni la violence comme moyen d’action. L’Islam peut, à juste titre, reprocher à l’Occident d’être impudique, pornographe et adorateur du veau d’or. Mais l’Islam doit comprendre qu’aucune religion ne peut justifier les discriminations, les maltraitances et surtout la violence, dans son message. Or, il se fait que l’Islam est basé sur des textes sacrés, d’une part, et que, d’autre part, il n’est pas hiérarchiquement organisé de manière à pouvoir écarter de lui ses propres brebis galeuses. Sans vouloir prétendre leur dicter quelque conduite que ce soit, je voudrais, avec tout le respect qu’ils méritent, leur donner un conseil. Les sages de l’Islam devraient profiter des circonstances pour provoquer l’organisation d’un véritable concile. Un (premier ?) grand concile musulman qui, toutes tendances confondues, devrait mener, même si ça devait prendre des mois ou des années, une double mission :

1° Organiser une autorité théologique officielle de cette religion. Autorité que chacun accepterait afin qu’on sache une fois pour toute quelle est la vérité de l’Islam.

2° Reprendre leurs textes sacrés et en expurger courageusement toutes les sourates et tous les hadits de tout ce qui est appel à la violence et à la discrimination (et au passage de tout ce qui est inutile et même, disons-le, franchement ridicule)

En lisant ceci, certains diront que je rêve et d’autres que je m’occupe de ce qui ne me regarde pas. Ils peuvent le penser mais je suis personnellement persuadé que l’Islam ne pourra plus longtemps faire l’impasse sur un « aggiornamento » plus que sérieux de ses fondements et de ses modes de fonctionnement. Ou l’Islam se condamne à disparaître à terme, (après de probables luttes sanglantes)  ou il réussit sa révolution interne en acceptant les acquis de la civilisation dont la liberté personnelle est l’élément central.

 

 

 

(3 votes - 4.67)
Loading...Loading...

14 commentaires à propos de “Après l’émotion revenons à la réalité : nos libertés et l’Islam.”

  • Michel Guillaume

    Une fois de plus, l’analyse de l’événement est pertinente et la conclusion pleine de bon sens : se remettre en question pour faire fi de toute réaction mortifère et éliminer tout fanatisme !

    Est-ce rêver ?

    Quand on voit la récupération politicienne de cette manifestation par des
    personnages représentant des gouvernements aussi peu respectueux de la liberté d’expression ! Quand on relève la contradiction entre liberté d’expression et respect des convictions personnelles, c-à-d respect d’autrui !

    L’émotion seule était commune, les motivations fort différentes ! Qu’en restera-t-il lors du choix des décisions politiques…. sans souci électoraliste….s’affranchissant d’intérêts financiers et/ou économiques … ?

  • Stephane Czarnocki

    Le peu de réaction du monde musulman face aux horreurs qui se font en son nom a effectivement de quoi étonner.
    Mais peut-être cela change-t-il. Un texte remarquable circule actuellement, il est du philosophe Abdennour Bidar. Dans sa Lettre Ouverte au Monde Musulman, il observe que le monstre ignoble personnifié par le terrorisme, l’Etat Islamiste, Daech, a volé le visage de l’islam. Mais surtout il pose la bonne question. Pourquoi ce monstre a volé le visage de l’islam et pas un autre visage. Bidar interpelle le monde musulman : Où sont tes grands hommes, qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ? Où sont tes grands penseurs, tes intellectuels …
    Dans un langage ferme, respectueux mais aussi empreint de tendresse, il propose une solution : Il faut que tu commences par réformer toute l’éducation que tu donnes à tes enfants, que tu réformes chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir….
    A lire sur
    http://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

  • Luc de Vidts

    Cher ami,
    Je tiens à vous féliciter pour votre analyse parfaitement correcte et fort complète à laquelle je souscris à 100%.
    Grand merci.
    Avec tous mes bons voeux !
    Amitiés,
    Luc de Vidts.

  • Michel

    En voyant le mannequin Marianne, symbole de liberté-égalité-fraternité, agité au-dessus de la foule des manifestants de dimanche dernier, notamment au premier rang desquels on retrouve le cher Hollande, et en connaissant le sort fait à Zemmour “interdit de publication pour raison de sécurité” , j’imagine une caricature reprenant le tout et mettant dans la bouche de Marianne : “Dur, dur d’être défendu par des cons pareils”

    Une autre compte tenu de la photo où Mme Merkel semble appuyée tendrement sur l’épaule de Hollande : “après avoir “baisé” Ségolène, Valérie, Julie, c’est le tour de Mme Merkel,…et puis sans doute la reine des Pays-Bas….rien ne l’arrête,le c…”

    Dommage, mais je ne suis pas dessinateur.

  • Fernand

    Les deux propositions faites me semble dictées par les circonstances. Effectivement, la mise en œuvre de ces propositions nous arrangerait. Mais, elles se heurtent à des difficultés de principe. D’abord la première, on ne fixe jamais la vérité une fois pour toute. Si cela pouvait se faire, depuis longtemps tout le monde en disposerait. Puis la seconde, celle de revoir les textes sacrés pour les adapter à l’esprit du temps, elle ne me semble pas non plus souhaitable. Cela revient à accorder à notre époque une valeur absolue qu’elle n’a pas. Les textes sacrés traverses toutes les époques et si leur interprétation tient nécessairement compte de l’époque, le texte lui-même reste pérenne. Plus prosaïquement, si vous voulez que les musulmans réécrivent le Coran pour le mettre au goût du jour, commencez à la faire pour la Bible.
    Par contre, je partage l’analyse que vous avez faite. D’abord, on peut trouver dommage de devoir défendre les « bêtises » d’adolescents attardés. Mais, aujourd’hui les circonstances nous obligent à le faire. Ensuite, je pense aussi que la réaction contre l’islamisme radical doit avant tout venir du monde musulman. Mais, je ne peux que me tourner vers eux en attendant une réponse. Si cette réponse ne vient pas, il restera à chercher de nouvelles pistes.

    • Pascal de Roubaix

      Merci de votre réaction mais:
      La proposition 1 ne dit pas que la vérité n’est pas évolutive. Au contraire, ce qu’il faut c’est une autorité théologique permanente à laquelle chacun puisse se référer et qui dira l’évolution officielle de la religion face aux évolutions du monde.
      Pour la proposition 2 qui concerne les textes, le travail est indispensable également car tout le Coran est une sorte de suite de commandements (au contraire de la Bible) et qu’il ne contient pas de hiérarchie des textes et des normes, ni d’indications pour savoir qui peut la définir (au contraire de la Bible qui elle est interprétée depuis des siècles.)
      Enfin nous sommes d’accord pour dire que la balle est dans le camps des musulmans qui doivent se réformer. Mais j’ajoute que s’il ne le fait pas rapidement, l’Islam succombera à la violence, explosera, puis disparaîtra sans doute faute de combattants.

  • de Halloy de Waulsort Marc-Antoine

    Pourquoi ne caricature t’on jamais les loges maçonniques
    Il serait amusant de caricaturer la plupart des ministres et de nombreux hauts fonctionnaires et magistrats avec pour seul vêtement leur tablier adoré et un compas dans le cul.Charlie hebdo cible son ” humour “

  • Jean-Jacques Boeglin

    Bravo pour cette analyse juste et pertinente des événements et du fameux (!) “défilé républicain”. Je pense que des tragédies de ce genre se sont préparées depuis longtemps.
    Nos gouvernants ne savent pas à quoi ils jouent, quand ils brandissent et contraignent à appliquer une laïcité qui n’est autre que la sape des racines de notre culture.
    De plus, nos jeunes auraient besoin d’un travail, qui sollicite leurs forces d’invention et d’engagement, la meilleure des protections contre les dérives et les embauches destructrices. “L’oisiveté est la mère de tous les vices” ! L’a-t-on oublié ?

  • Christian Gustin

    Bonsoir Pascal,

    Très bien vu ton analyse!
    Tu n’es sans doute pas le seul à considérer ces deux points.
    Le président égyptien lui-même a très récemment (28 décembre 2014) interpellé les hautes autorités de l’Université al Azhar du Caire – centre de la pensée sunnite – pour qu’ils élargissent leur vision et prennent des initiatives dans le sens que tu mentionnes. Il se positionne lui-même comme une voix éclairée contre l’extrémisme sunnite, et il appelle de ses voeux une “révolution” à l’intérieur de l’islam. On pourrait d’ailleurs croire que tu l’as écouté avant d’écrire la dernière phrase de ton billet… Une petite video sous-titrée permet de suivre son discours de décembre, tel que retransmis sur la TV égyptienne. http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/4704.htm . Cela vaut la peine d’être vu.

    Malheureusement ce n’est pas dans un contexte d’intimidation et d’intolérance que les musulmans modérés pourront commencer à oser parler d’une voix plus libérale. A Riyad, on vient de condamner un blogueur saoudien à 1000 coups de fouet suivis par 10 ans de prison pour avoir, selon les autorités wahhabites, insulté les autorités religieuses sur son site. Et ceci deux jours après le carnage de Charlie Hebdo… Ce blogueur était l’animateur du site internet Liberal Saudi Network et avait obtenu l’an passé le prix de Reporters sans frontières.
    Je doute donc des chances des musulmans dits éclairés de faire accepter l’idée de réactualiser, voire d’expurger comme tu le proposes très logiquement, leurs textes sacrés dans pareil contexte.

    Je pense par contre que nos compatriotes non musulmans pourraient dire à nos compatriotes musulmans (et leurs représentants) qu’il nous est devenu de plus en plus difficile de vivre en bonne intelligence (“consensus”) avec ceux qui avaliseraient sans aucune nuance ni restriction une idéologie basée sur des textes qui contiennent autant de perspectives belliqueuses. Dont voici quelques statistiques de mots relevés dans ces livres sacrés:
    Châtiment : 354
    Combat : 92
    Esclave : 37
    Feu (réservé aux infidèles) : 150
    Guerre : 9
    Infidèle : 47
    Supplice : 12
    Mécréant : 155
    Tuer (et ses conjugaisons) : 65

    Et leur demander de proposer un plan pour au moins contextualiser tous ces versets auprès de leurs ouailles. L’aspect éducation, quoi. Ce serait toujours cela de pris.
    Par exemple (mais ils auront peut-être de meilleures idées) en éditant un petit opuscule qui actualiserait le sens à donner à tous les versets à tendance violente et discriminatoire, en ligne avec le contexte historique prévalant au 7ème s et qui a conduit à la rédaction de pareils versets. Et en acceptant de le distribuer de leur plein gré dans toutes les mosquées du pays, avec tous les subsides nécessaires. Idée parmi d’autres possibles.
    Au moins sauraient ils alors que nous souhaitons qu’ils prennent eux-mêmes des initiatives pour que la bonne entente entre nos communautés puisse continuer à se développer harmonieusement. Et sans devoir nécessairement modifier ou expurger leurs textes sacrés. Evidemment s’ils font la sourde oreille, il ne nous restera plus qu’à réfléchir à des mesures législatives de nature à faire respecter l’esprit de concorde qui doit pouvoir prévaloir dans notre pays. Car bien entendu il faut rester dans le cadre de notre état de droit. Mais on est des as ès astuces législatives, n’est-ce pas ? Et avec un esprit de compromis pareil à nul autre pays au monde. Et on a de brillants diplomates aussi.
    Un peu de “brainstorming” permet parfois d’ouvrir de nouvelles pistes intéressantes. Sait-on jamais?

    Amicalement
    Christian

  • Léopold d' A.

    Cher ami,

    Je vous félicite pour votre engagement et votre article lucide et modéré dont je partage l’analyse et les recommandations.

    En fait, rien de neuf sous le soleil : les apprentis-sorciers qui ont utilisé une certaine minorité complaisante dans ce rôle
    pour diviser leurs ennemis politiques récoltent maintenant le fruit de leurs semailles …

    Le multiculturalisme dont les “élites” nous rabâchent les oreilles depuis quarante ans signifie
    exactement cela, à savoir des cultures qui cohabitent et qui parfois s’excluent mutuellement, surtout quand elles refusent
    que les normes occidentales deviennent des normes universelles.
    L’année 2014, sans doute la première du XXIè siècle, a été très révélatrice : outre un certain Islam, sur les six grands blocs mondiaux , trois nous ont fait comprendre qu’ils n’acceptaient plus notre leadership en ce domaine, à savoir la Chine, la Russie et l’Inde sans oublier la Turquie et le Japon qui va réarmer devant la menace chinoise.

    A cela, je préfère l’interculturalisme sur base territoriale à la manière suisse, les bonnes frontières faisant
    les bons voisins et j’essaie bien modestement de promouvoir l’histoire et la culture pour tenter de nous permettre d’éviter des erreurs.

    Il faudra que ces messieurs-dames gèrent maintenant les conséquences de leurs actes et je recommande la lecture
    de l’annexe ci-joint ainsi que des livres ‘The French Intifada’ par A. Hussey et ‘Le Suicide Français’ par E. Zemmour pour
    donner une certaine mesure des défis que nos amis français auront à relever.

    En attendant, nous vous invitons bien volontiers à la distribution de notre prix Collège de l’Europe Arenberg qui récompensera
    un travail consacré à une thématique fédérale, à une thématique du “comment vivre ensemble des peuples”. Ce prix sera distribué
    au parlement européen le 3 juin.

    Meilleures salutations, excellente année 2015
    Léopold d’A

  • Thibaut Deleval

    Intéressante analyse.

    L’organisation “interne” de la religion musulmane est certainement le noeud de la question. Heureusement, on dirait que cela commence à préoccuper les plus hautes autorités “civiles” de certains pays musulmans. Le Maroc a pris en main la formation des imams et en Égypte cela bouge aussi de manière fort intéressante (même si la très relative légitimité du régime au pouvoir entache l’heureuse initiative) : http://blogs.mediapart.fr/blog/lucas-martin/080115/le-president-egyptien-nous-devons-revolutionner-notre-religion

  • nabil

    Bravo pour cette analyse perspicace et pertinente emplie de générosité et d’altérité …
    merci

  • Patrick de Cooman

    Cette analyse nuancée fait plaisir et fait pièce au slogan simplificateur “Je suis Charlie”. Ce raccourci était médiatiquement payant, on l’a bien vu, mais difficilement acceptable par ceux qui ont des convictions attaquées par ce journal. Dommage de ne pas avoir profité de l’occasion pour amener les musulmans dans la rue. Il n’y a pas de raison de penser qu’ils sont contre la liberté d’expression (ils s’en servent eux-mêmes ici, sachant bien que ce ne serait pas aussi facile dans leurs pays), mais pouvait-on décemment espérer qu’ils seraient très nombreux à se dire Charlie ?

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas visible.